AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionTumblrYouTube

Partagez | 
 

 RP AVEC SOO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 115
Date d'inscription : 07/11/2013
Localisation : wrhbehtsth

fgswrfgwsrfs
bla bla bla: fbzdfbzdfb
edfdfsef: «sdvbSb«sfbrs


MessageSujet: RP AVEC SOO   Jeu 14 Jan - 22:51



la gifle de Ironlak

Je renifle, en contractant bien fort mon museau cornu, pour cracher une poignée de morve sur le sol - histoire de bien me dégourdir la langue pour sa sortie de son cours.

Et elle sourit fièrement dans sa gueule, comme une nargue qui prend son envol. À ceux, tout autour de la petite asexuée, qui s'étaient reculés d'un pas, elle montra son postérieur écrasé par l'absence de poids. Comme si tu te faisait jouir par la réticence de ton entourage. Ne te mens pas, coquette.

Je pousse l'école derrière fois, de toute mes lourdes et paresseuses forces. Pas à pas. Enfin, merde, quelque chose comme un vendredi soir. Enfin, quelque chose comme une fin de cours. Enfin, quelque chose comme une délivrance.

Et sans mensonge, elle ne ressentait que détresse en chute libre de sa gorge à son foie. Pire que détresse; s'était la mélancolie qui lui léchait le sternum. C'est pour épousseter les restes de nœud qu'elle grouina vulgairement vers un quelconque qui la fixait avec l'avidité d'un suceur d'intimité et cracheur de commérages. Sa gorge en fut libérée, et Sasha perdit l'emprise oculaire agressante du morveux trop beau pour s'identifier être humain. Un soupir. Elle tremblait, et se détestait. Personne ne le saura jamais, peut-être ne s'en rendra-t-elle que plus tard compte, mais peut-être était-elle au bord des larmes. Pour le moment, c'est un renseignement inutile à savoir. Pourquoi elle est dans cet état, toutefois, est plus avantageux à apprendre.

Sasha avait terminé ses cours de la semaine avec une histoire de littérature française en cours de langue sujette. Simplement un professeur qui avait laissé sa parole pédagogique prendre la rive du plaisir d'expliquer ce qui est savoureux à apprendre. Il avait parlé de Descartes. En lien, bien évidemment, avec le livre pathétique de romantisme bavé dont ils avaient tous à se gaver avant le prochain semestre. Ce sont les termes de Sasha qui ne veut vraiment pas aimer l'époque de Victor. Professeur avait expliqué que Descartes jugeait l'espoir comme une passion, comme un souffle de sécurité et de désir... Et comme une crainte, finalement, et de mort après la gloire. Quand la cloche avait sonné, punkiette numéro huit mille s'était levé sans un soucis, et avait quitté comme tous les autres jours. Avec un goût de goudron dans les dent, par contre.

C'est que cette parenthèse éducative complètement impertinente ne lui avait suffit qu'à lui retordre les tripes. Combien, combien de fois avait-elle mis son espoir dans son frère. Petite perle, grand trésor. Jusqu'à quel amour elle avait espérer le voir s'épanouir, et maintenant... elle n'espérait plus de lui qu'un silence mort comme présence dans les lettre de sa mère. Aucune nouvelle, bonne nouvelle.

Souliers immense à plateforme plus développée que Windows 10, à lacets dépareillés mais trop agencés. Maigres pantalons noirs usés jusqu'à l'os. Camisole masculine trop grande pour la puce qui marchait dedans (à l'effigie de Nirvana, bien sûre). Soutien-gorge expressément grossier aux motifs de l'armée. Chapeau melon déchiré - qu'elle mit illico sur sa tête - aplatissant ses couettes épaisses encore plus en masque sur le haut de son visage. Portrait de la tête aux pieds, mais à l'inverse, juste pour faire plus sauvage. Portrait typique de cette journée fade qui sciait à ravir toutes ses autres tenues. Trop instable pour s'accrocher à autre chose d'elle même qu'à son apparence. Et dévora du cœur son petit look qu'elle aimait tant.

Elle fonçait mollement à la cours où elle se saurait reposée. Un terrain de verdure, avec un banc pour la laisser glander une heure ou deux. Juste le temps que les étudiants s'éparpillent méticuleusement dans leur troupe sociale respective. Pour, enfin, pouvoir graffiter, un peu. Reposée, qu'elle serait? Encanettée, même! Comme un si s'était un vice impénétrable, et elle médita à l'accroc pour un bon vingt-cinq minutes sur un banc de parc banal à n'écouter rien d'autre que le bruit que son corps générait. Un rythme de battement de cœur, jusqu'au souffle de ses poumons et le gargouillis de ses intestins en digestion. Avec tout ce que le prof avait dit, avec se songes et ses reflux gastriques de la faille de l'espoir envers son frère, c'était le mot «rancœur» qu'elle s'apprêtait à écrire. En chinois, et très violemment. Pour être certaine d'exclamer ce qu'elle avait à dégueuler, mais en étant bien certaine que personne ne la comprenne. Il n'y avait aucun intérêt positif à cultiver cette honte envers les sentiments humains. Et elle le savait, je lui avais dit, déjà. Et le fait même que j'en parle pour elle prouve qu'elle rumine encore cette pensée. Incapable de s'en sortir, ou d'éviter le piège à ours qui lui happait à chaque inévitable fois le mollet. D'un autre côté, il est moins effrayant que de se foutre l'orteil dans une embuscade cliché plutôt que de courir vers l'inconnu à mille dangers. Elle ouvrit son sac et repéra son rouleau à parchemin épais ainsi que sa canette de rouge vif. Vingt-cinq minutes déjà à cette réflexion qui, non seulement est une rumination de la vase de sentiment bloquant la vague émotionnelle de ses artères, on l'interrompit.

Je lève ma tronche plissé par l'incompréhension et mon groin qui veut crier à tout le monde qu'il se fait déranger. C'est un mec qui me gueule dessus. Un grand musclé qui n'a rien à foutre de moi, par incessant préjugé, et qui me demande de lui lancer sa balle. Je regarde un mètre à côté de moi sur le sol pour attraper des yeux un ballon de Football Américain. Jamais tenu ça dans mes doigts de ma vie. J'ose le regarder sans broncher... S'il l'a foutu là, qu'il vienne la chercher lui-même. Je suis la servante de qui, dans tout ça?

Il insiste. Et puis merde, j'ai jamais lancé ça de toute ma chienne de vie... Je dois bien m'essayé, et les occasions vont manquer à l'avenir. Je me lève donc pour aller chercher l'objet de la cessation et le manipule un peu. Les professionnels semblent apporter une facilité à crever la vie pour lancer ces cochonneries. Vue la forme assez ovale, même un peu pointue, je me dit que ça ne peut être compliquer : jeter un cigare devrait se faire simplement et naturellement. Je lance la balle vers l'ami et réalise que j'ai vécu dans le dénis durant les cinq dernières secondes passées.

C'est une catastrophe. Je fous la balle en l'air et ses extrémités prennent toutes les directions à la fois. Elle tourne sur elle-même, mais jamais comme je l'aurais souhaité. Oops. Mon œil bourré à la crédulité stable fixe le sportif qui ne prend même pas la même de se foutre de ma gueule. Non, c'est tellement grave comme lancé que lui - et même ses potes! - juge le missile avec consternation. Il fait une banane atroce dans le ciel bas, puis se pose avec la grâce d'un mitrailleur névrosé sur la figure d'une passante. Et merde. Et merde!


Sasha avait même entendu le «pof» du projectile caressant la joue. De très loin, même. Et elle s'était fait renvoyer pour assez moins que ça - du moins, eut-elle l'effluve de pensée à l'instant - alors elle prit le pas vers ce qui lui semblait être la princesse des pimbêche de robe de dollars et de talons de merveilles. Elle jura trois-mille-cinq-cent-fois, parce que juste une fois n'aurait pas été suffisant à sa langue branlante de malveillance envers l'acte tout juste passé. Si ça n'avait été que de Sasha, la fuite aurait gagné ses bottillons. Mais la quantité de témoins ne lui donnaient d'autre choix que d'aller voir Miss Rose Bonbon et lui supplier de ne pas parler de l'incident à la direction. Lui jurer que c'était un accident. Autre connerie à foutre sa langue dans le trou du cul d'un système d'éducation si stricte. C'était sa pensée, évidemment, et non la mienne.

Je m'approche de la blessée. Elle se tient le visage dans les mains. Et bordel de couilles! Qu'est-ce que j'ai bien à lui dire? Rien du tout... J'ai tellement pas envie de faire ça. Dès le départ j'aurais dû hurler à tout le monde qu'on me foute la paix... Et voilà où j'en suis en ce moment!


«Hey... Ça... Comme... Tu vas être correcte là, hein?»

Ça vient de sortir de ma bouche, ça. Super honnête, super malléable... Non, mais franchement je sais pas quoi foutre. Je suis sensé lui tapoter l'épaule? Hors de question que je fasse ça, bordel.

Tu es toujours aussi effrayée à récupérer et consoler les gens blessés? C'est que tu as peur d'échouer. Et que tu ne te permets pas l'échec. Surtout pas celui qui concerne la douleur que tu as toi-même lancé sur la tronche d'une camarade. Ravale ta morve et fais-le. Dis-toi cela. Si tu es capable de vendre des nuisances à des gangster mal-foutus, tu peux très bien demander à une fillette blessée si elle se porte bien!

«C'était un accident, okay?»

Tu te rends compte que tu ne t'es pas excusé et que l'orgueil te donne des frissons à le faire. Et tu ne parles pas plus! Confronte-toi, ensuite tu pourras lui parler.

J'aurais aimé me gifler. Mais là, y'a déjà eut assez de coups sur les gueules, on va dire.



MADE BY BOOGYLOU



Dernière édition par morgan t. connhelly le Dim 17 Jan - 16:24, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-aapow.forum-canada.com

Messages : 115
Date d'inscription : 07/11/2013
Localisation : wrhbehtsth

fgswrfgwsrfs
bla bla bla: fbzdfbzdfb
edfdfsef: «sdvbSb«sfbrs


MessageSujet: Re: RP AVEC SOO   Jeu 14 Jan - 23:13

Code:
<link href='http://fonts.googleapis.com/css?family=Roboto|Pacifico' rel='stylesheet' type='text/css'><center><img style="margin-left: -200px;height: 70px; width: 70px; border-radius: 300px;border: 1px solid #fb0755; box-shadow: 2px 0px 10px black;" src="http://image.noelshack.com/fichiers/2016/02/1452809416-4e69e1f4ff6112022b26494b0f53a82f.png"><img style="height: 70px; width: 70px; border-radius: 300px;box-shadow: 2px 0px 10px black;margin-left: 10px;border: 1px solid #fb0755;" src="http://image.noelshack.com/fichiers/2015/21/1431908175-2.png">
<div style="margin-top: -15px;border-top: 4px solid #d1232c; height: auto; width: 350px; color: #393939; background-image:url('http://image.noelshack.com/fichiers/2015/21/1431907820-fond1.png');"><br><p style="font-size: 13px; color: #fb0755; text-shadow: 1px 0px 1px black; font-family: pacifico; text-align:center;">titre ici</p><div style="margin-top: -15px;height: auto; width: 300px; padding: 10px; background-color: white;text-align: justify;font-size:10px; font-family: roboto;">Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Praesent felis lectus, pharetra in dapibus in, hendrerit condimentum turpis. Maecenas porta lectus eu nisi euismod placerat. Nam velit arcu, imperdiet a nulla nec, feugiat luctus nunc. In hac habitasse platea dictumst. Nam feugiat tempus justo. Aenean nisi diam, sollicitudin ut justo quis, consequat viverra justo. Cras suscipit fringilla ex malesuada suscipit. Mauris neque sem, mattis et urna non, venenatis malesuada lorem. In turpis enim, hendrerit nec orci sed, interdum lacinia lorem. Nam rhoncus volutpat lorem, efficitur dapibus nunc auctor ac. Aliquam rhoncus eleifend vulputate. In quis mauris eget ante aliquam lacinia. Donec leo neque, sollicitudin vitae rutrum eget, tempor sit amet purus.

Aenean id ullamcorper neque. Nunc id consectetur ex, eget bibendum purus. Pellentesque vel eleifend justo. Vivamus nec aliquet est. Cras at mollis sem. Proin sit amet arcu consequat, vulputate leo ac, placerat ipsum. Pellentesque in ipsum ipsum.

Vivamus tristique leo felis, et maximus leo sagittis in. Aenean ac dignissim massa. Proin tristique lectus at vehicula eleifend. Nam in ex eget enim porttitor placerat ut vitae sapien. Vivamus in congue libero. Curabitur at leo ut orci hendrerit viverra. Morbi dictum sodales odio non venenatis. Etiam a justo suscipit, facilisis eros et, sagittis ex. Pellentesque maximus consequat risus a vestibulum. Maecenas aliquam luctus tincidunt. Suspendisse et metus eleifend sapien hendrerit auctor. Sed bibendum risus quis tellus vehicula viverra. Etiam ultrices, justo quis tincidunt efficitur, justo enim commodo ex, quis pharetra urna risus maximus orci. In ante nibh, feugiat quis interdum consectetur, convallis non nunc. Maecenas dapibus quis lacus eu lacinia.

Nunc tincidunt tellus eu pellentesque aliquam. Quisque imperdiet rhoncus velit, viverra rutrum justo rhoncus ut. Quisque bibendum vulputate nisl eget auctor. Sed neque tellus, tempus ac tortor ac, molestie malesuada ipsum. Aliquam dictum nunc sed risus elementum, ac congue sem iaculis. Curabitur commodo, sapien vitae facilisis aliquam, erat lacus hendrerit ligula, vel ullamcorper orci massa eget risus. Quisque pharetra consectetur dolor, a dignissim purus gravida eget.

Morbi pretium pretium ipsum at tempus. Etiam aliquet, odio id posuere dictum, dolor arcu volutpat risus, sed feugiat augue dolor eu nibh. Cras ac ornare elit. Fusce tincidunt semper nulla eu molestie. Aliquam a consectetur nisi. Integer id pretium enim. Aliquam faucibus nulla et nisl imperdiet, nec commodo eros tempor. Proin consectetur purus vitae mi eleifend sagittis. Donec bibendum aliquam elit faucibus aliquet. Etiam ullamcorper iaculis posuere. Integer id odio sit amet mauris tristique tincidunt.</div><br><br></div><div style="width: 350px; height: 4px;background-color:#fb0755;"></div><p style="margin-top: -10px;color: white; font-size: 7px; letter-spacing: 2px; font-family: courier;">MADE BY BOOGYLOU</p></center>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-aapow.forum-canada.com

Messages : 115
Date d'inscription : 07/11/2013
Localisation : wrhbehtsth

fgswrfgwsrfs
bla bla bla: fbzdfbzdfb
edfdfsef: «sdvbSb«sfbrs


MessageSujet: Re: RP AVEC SOO   Ven 15 Jan - 7:11

plan

elle sort. elle projette son attitude comme une supériorité égocentrique qui pue et qui ricane, mais au fond c'est qu'elle est tellement émotionnelle-ment (lol) instable qu'elle n'a pas envie d'être avec les gens. elle est presque au bord des larmes, mais juste à l'intérieur. et elle e dissiule très bien, parce qu'elle ne s'en rend pas tout à fait compte. après tout, à force de se reclure des autres, on termine par se reclure de nous même.

pourquoi elle est instable ainsi c'est parce qu'elle a eut un cours de français ou le professeur a accentué un volet sur [sujet philosophique ici] et ça l'avait projetée tout de suite à son frère. elle s'ennuie vraiment de lui, entre autre.

sasha décide d'aller au parc. parce qu'elle a envie de le communiquer, ce mal aise. parce qu'elle en ressent les effluves douloureuses et qu'elle les comprend veut veut pas. mais elle n'est pas capable de le dire. elle est capable de l'écrire, toutefois. mais elle a bien trop honte que les gens sachent ce qu'elle dit (car elle a honte et elle se sent déjà assez vulnérable ainsi) alors elle l'écrit en une autre langue. si c'est trop violent, elle invente une nouvelle calligraphie pour le mot en chinois ou vietnamien.

elle glande au parc pas loin des skates parc et elle attend que les gens désertent dans leur cabane pour pt faire un graffiti quelque part. emphase sur elle qui regarde sa canette dans son sac. pis ses doigts plein de saleté de canette de peinture. ça beau être libérateur, mais ça sait laisser ses cicatrices.

elle recoit un ballon d'une bande de gars qui joue plus loin. elle le relance et ca revole dans face à soo. sasha est genre hot shit, les gars rient et vont chercher le balon. sasha va voir soo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-aapow.forum-canada.com
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: RP AVEC SOO   

Revenir en haut Aller en bas
 

RP AVEC SOO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» j ai des souci , je debute depuis ce jour avec linux fedora
» Lecture video interrompue avec mise en tampon
» probleme avec les cellules d'excel sur la mise en forme
» [Résolu]Mis a jour impossible avec Antivir
» [Résolu] Problème avec psg tv
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TEST-AAPOW :: Le Manoir :: Le Rez-de-Chaussée :: Le Hall d'Entrée-